Histoire

Curcuma et gingembre : se faire du bien et faire du bien.

Récit d'une rencontre pas comme les autres

Par Karine Blanc

Histoire de femmes:

Je tiens à mettre en lumière trois femmes qui, sans que vous les connaissiez, vont vous faire du bien. Pour commencer ce voyage gustatif, humain et solidaire, je vous emmène à l’extrême sud du Vietnam, sur l’île de Phu Quoc, avec ma productrice de poivres, Marie Ta. Marie Ta est l’arrière-petite-fille d’un médecin chinois ambulant qui s’est installé sur l’île dès 1928. Son fils, le grand-père de Marie Ta, se lance dans la production de poivres deux décennies plus tard. En 1954 la guerre du Vietnam éclate. Les femmes de la famille prennent la relève dans les plantations de poivres. Aujourd’hui, Marie Ta, sa mère et sa tante sont à la tête de cette exploitation. Voir article ICI.

Transmission et savoir-faire :

En mai 2017, Marie Ta me raconte l’histoire de ses amies Lien et Tâm. Lien est une femme d’une cinquantaine d’années, qui a rencontré des difficultés familiales. Elle travaille depuis l’âge de 13 ans sur les marchés de Hanoï, s’est retrouvée dans une situation délicate suite à des soucis personnels. Marie Ta lui a conseillé de retourner dans sa famille à Bac Ninh, au nord-est d’Hanoï et de planter des rhizomes de gingembre. Tâm est une femme d’une trentaine d’années, qui a subi une intervention du cœur en raison d’une maladie génétique qui touche également l’un de ces enfants. A la suite de cette opération, elle a dû interrompre son travail. Marie Ta lui a conseillé de planter des rhizomes de curcuma dans son jardin, sur les hauts plateaux de Dalklak, car le climat y est propice.

Artisanat et patience :

Lien et Tâm ont cueilli leur première récolte en 2017. Soit environ 50 kg chacune qui, une fois séchés, fournissent 5kg de pétales. Sur les conseils de Marie Ta, elles ont découpé leurs rhizomes en fines lanières, comme des pétales. Cela représente plus d’une semaine de travail pour la découpe, puis une semaine de séchage au soleil.

Curiosité :

Les histoires de ces deux femmes m’ont touchée, j’étais également curieuse du résultat. Une semaine plus tard, je reçois les échantillons. Visuellement c’est très beau. Au nez, c’est juste sublime : le curcuma est d’une finesse incroyable, avec des notes d’agrumes, une finale de citronnelle et une pointe de boisé ; le gingembre est subtil, délicat, tout en étant puissant et odorant. Il est assez rare d’associer ces termes mais ce sont réellement les premières émotions olfactives que m’ont procurées ces pétales d’Asie…

Solidarité :

Aujourd’hui, nous vous proposons ces merveilles gustatives qui, en plus, vous feront du bien. Curiosité, savoir-faire, artisanat et solidarité : c’est aussi cela Sarabar ! Découvrez les propriétés du curcuma et du gingembre avec cet article ICI.

Partez à la découverte

Tous nos articles
La Camargue, terre bénie pour la culture du riz
Histoire

La Camargue, terre bénie pour la culture du riz

La Camargue c’est ma terre, ma planète, ma maison, c’est l’endroit où je me retrouve …
Découvrir
Le seul, l’unique, le véritable : « Poivre des Oiseaux » du Cambodge
Histoire

Le seul, l’unique, le véritable : « Poivre des Oiseaux » du Cambodge

Quand la nature accompagne l’homme dans sa quête de rareté.
Découvrir